El bloc de l'IOC

Aquest bloc vol ser una eina de comunicació de tota la comunitat de l'Institut Obert de Catalunya
correu:bloc@ioc.cat

La foto del dia

La foto del dia

Cançons per escoltar

31 de gener 2012

Mestres, un retrat viscut de la tasca dels docents

Mestres, un retrat viscut de la tasca dels docents
Aquest dimarts, 31 de gener, a les 22.30h, TV3 estrena Mestres, la sèrie del departament de Nous Formats que indaga sobre la feina quotidiana de mestres i professors d’Infantil, Primària i Secundària: com treballen, què en pensen, de la seva feina… i quines solucions troben cada dia per als reptes que planteja educar els nens i adolescents del segle XXI. En cada capítol de Mestres es mostrarà el dia a dia d’un paisatge escolar concret: una classe de P4, una aula oberta, una escola rural, un institut urbà…  i també es farà una mirada al passat: deu persones populars i destacades en diferents àmbits socials tornaran al centre on van estudiar, presentaran el mestre que els va canviar la vida i, durant una estona, es posaran al seu lloc davant dels alumnes d’ara.
La presentació del programa es va fer a l’escola Pau Casals de Barcelona, amb l’assistència de la consellera d’Ensenyament; Irene Rigau; la directora de TV3, Mònica Terribas i la directora de la sèrie, Fúlvia Nicolàs, així com del director de la Fundació Jaume Bofill, Ismael Palacín, i del president de la Federació de Moviments de Renovació Pedagògica de Catalunya, Raül Manzano. Coincidint amb l’emissió de Mestres, la Fundació Jaume Bofill i la Federació de Moviments de Renovació Pedagògica han organitzat un cicle de deu debats per tot Catalunya, emesos en directe per Internet des d’aquest mateix blog, que reflexionaran sobre “què vol dir ser mestre avui?”. Palacín i Manzano van remarcar  “la capacitat de síntesi” i “la gran sensibilitat” del programa i van assegurar que ofereix una gran oportunitat per “mobilitzar un debat a tot Catalunya” sobre la identitat professional i el compromís ètic del professorat.
Per la seva part, Mònica Terribas va explicar que la sèrie “reflecteix una actitud en positiu dels mestres”, ja que és un exercici d’”autoestima col•lectiva” d’unes de les primeres persones que “ens han obert el camí”. El programa que ara veu la llum es va començar a gestar fa dos anys. “Quan l’emetem la nostra societat s’adonarà que la dels mestres és la professió més important del món. Estem en mans dels mestres”, va concloure la directora de TV3.
Després de dirigir l’equip que ha fet la sèrie, Fúlvia Nicolàs sosté que la de mestre “és una feina que no està tan considerada com ho hauria d’estar” i que un dels objectius del programa és, precisament, posar en valor “la importància que els mestres tenen en la societat, ja que canvien vides”. A l’espai apareixen personatges populars que parlen d’un mestre en la seva vida. “Els hem anat a trobar, els hem posat cara a cara i hem posat el convidat a fer una classe”, va explicar Nicolàs.
La consellera Rigau va tancar la presentació agraint a TV3 la realització d’una sèrie en la qual, segons va dir, “s’hi perceben també els intangibles de l’escola, que és un gresol de sentiments”. Va afirmar que la feina dels professionals de l’educació “està entre l’ètica i l’èpica”, ja que “quan un mestre es posa al davant d’una classe s’exposa” i alhora sap que “el futur d’aquells infants i joves també depèn de tu”. Com a experiència personal va afirmar: “els que hem estat docents sabem que hi ha un regal que et fa la vida i és trobar-te un exalumne”.

29 de gener 2012

Le harcèlement entre élèves sur Internet inquiète les enseignants et les familles

Sur la Toile, pas de bousculade ni de racket comme dans une cour d'école, mais des rumeurs, des calomnies et des insultes, des photos et vidéos intimes, mises en ligne sans l'accord des intéressés. Un phénomène inquiète aujourd'hui experts, enseignants et familles en France : la place prise par le "cyber-harcèlement". Difficile, parfois, de distinguer ce qui relève du jeu entre adolescents, sur les réseaux sociaux, et ce qui va au-delà. "Les harceleurs ont leurs méthodes, explique Justine Atlan, directrice de l'association e-Enfance. Ils peuvent aller sur un profil, et l'inonder de commentaires insultants. Ou inventer un profil, et y poster des commentaires pour faire passer une camarade pour aguicheuse, un camarade pour agressif. Certains sont capables de pirater les comptes d'un ou d'une "ex"..."

"On ne peut pas affirmer que la violence est plus grande sur Internet, car les évaluations sont en cours, affirme Catherine Blaya, professeure en sciences de l'éducation et spécialiste du cyber-harcèlement, mais il faut bien reconnaître que le Web a un effet désinhibiteur, et que les effets de dissémination sont plus importants quand, en un clic, toute la communauté peut être alertée, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7." Jean-Pierre Bellon, professeur de philosophie et président de l'Association pour la prévention des phénomènes de harcèlement entre élèves, dresse un constat peu différent : "Il est plus simple de passer à l'acte quand on ne voit pas sa victime, et la trace laissée sur la Toile est... tenace."
L'association e-Enfance a signé avec le ministère de l'éducation nationale, le 6 juin 2011, une convention pour lutter contre le cyber-harcèlement, notamment en alertant Facebook. "Il ne s'agit pas de stigmatiser les jeunes, mais de les sensibiliser aux conséquences de leurs actes, insiste Mme Atlan, directrice d'e-Enfance, d'autant que 60 % des harceleurs se disent eux-mêmes harcelés."
Facebook, de son côté, met en avant ses "outils de signalement". "Ils sont à disposition de chaque utilisateur sur pratiquement chaque page, explique Anne-Sophie Bodry, directrice des affaires publiques du réseau social pour la France et l'Europe du Sud. Un outil s'adresse spécifiquement aux mineurs, les engageant, lors d'un signalement, à prévenir l'adulte ou l'ami de leur choix."
Est-ce suffisant ? "Prétendre contrôler l'usage que fait un adolescent des réseaux sociaux est un peu illusoire", répond Olivier Rafal, expert en réseaux sociaux. Un compte bloqué ? Pas difficile d'en rouvrir un. Un filtre parental ? Encore faut-il que les jeunes se connectent depuis l'ordinateur familial. "Les opérateurs peuvent surveiller les contenus, c'est techniquement possible, note M. Rafal, mais cela soulève des problèmes d'ordre éthique. La seule vraie solution passe par l'éducation."
Le ministère de l'éducation s'apprête, mardi 24 janvier, pour la quatrième fois en deux ans, à communiquer sur la lutte contre le harcèlement entre élèves à l'école. Nombre d'établissements et d'académies - Paris, Versailles... - sont déjà mobilisés. Des interventions auprès des élèves sont engagées. Et des enquêtes de victimation prévues tous les deux ans. "On est sur la bonne voie, note le sociologue Eric Debarbieux, président de l'Observatoire international de la violence à l'école. Il reste encore beaucoup à faire en matière de formation des enseignants et d'actions éducatives entre la famille et l'école, pour favoriser le vivre-ensemble." Pas de recettes miracles, mais un accompagnement sur le long terme. Et de la patience : la Finlande et le Royaume-Uni ont mis dix à vingt ans pour faire baisser le harcèlement... de moitié.
Comparée aux pays scandinaves et anglo-saxons, la France a tardé à prendre en considération le harcèlement entre élèves. A cesser de banaliser les vexations et brimades, qui concernent un élève sur dix, selon Eric Debarbieux. Un sur vingt de manière sévère. "Nous avons longtemps pensé la violence à l'école comme quelque chose d'intrusif, le fait d'élèves extérieurs, explique le sociologue, alors que le harcèlement est interne à l'école, à toutes les écoles."
"Du côté des adultes, il y a eu et il y a encore une sous-évaluation de la souffrance causée par ces "microviolences", ajoute Nicole Catheline, pédopsychiatre au centre hospitalier Henri-Laborit de Poitiers. On se dit que c'est l'école de la vie, qu'il faut souffrir pour apprendre... Les enfants, eux, subissent en silence, un peu par peur, un peu par honte."
En 2011, la remise de deux rapports et la tenue d'Assises nationales sur le harcèlement ont réveillé l'opinion. Si un très grand nombre d'enfants se sentent bien à l'école, certains y ont peur. Seule la moitié des écoliers n'a jamais connu de violences verbales (moqueries, insultes) ou physiques (coups, bagarres). Avec pour conséquences, absentéisme, déscolarisation, stress, dépression... Et parfois pire. A la veille de la rentrée scolaire, le 3 janvier, Pauline, 12 ans, s'est ainsi donné la mort avec le fusil de chasse de son père. Selon sa mère, l'adolescente, en 6e dans un collège de Lens (Pas-de-Calais), était harcelée par des camarades.
Mattea Battaglia
LEMONDE | 23.01.12

28 de gener 2012

La crisi fa oblidar la fam

La crisi fa oblidar la fam

L'Unicef, l'agència de l'ONU per a la infància, alerta que milions de persones estan al llindar de la supervivència arreu del món. I, entre elles, molts infants, especialment vulnerables. Unicef fa una crida que arriba a l'anomenat primer món en un moment en què els governs han deixat de mirar enfora.

http://www.tv3.cat/videos/3924550/La-crisi-fa-oblidar-la-fam

18 de gener 2012

L'any 2011 en fotografies


Les fotografies del 2011 del New York Times.

17 de gener 2012

16 de gener 2012

El preu de ser els primers

Corea del Sud obté les màximes puntuacions en l'estudi de referència mundial sobre l'educació, l'informe Pisa. Com ho aconsegueix?

http://www.tv3.cat/3alacarta/videos/3898594

14 de gener 2012

11 de gener 2012